Les Animations du festival feminin

CONTES DU PATRIMOINE CONSTANTINOIS

"Derrière chaque proverbe, il y a un conte…" C’est ce que dit la conteuse Sihem Salhi…

Ecrivaine de pièces pour enfants pour lesquelles elle a déjà été primée, comédienne, metteur en scène, photographe, depuis 2011, Sihem Salhi, passionnée de patrimoine, s’est spécialisée dans le récit de contes et anime régulièrement des spectacles dans différents festivals et manifestations culturelles à Constantine. Pour ce Festival, elle focalisera ses récits sur le patrimoine de Constantine, sa ville, des contes qui, par la voix de sa grand-mère notamment, auront bercé sa propre enfance et que par ses talents d’artiste polyvalente elle revivifie et remet au goût du jour. Un spectacle pour les petits et les grands.



QAADA CONSTANTINOISE
"kahwat El’Acer"

Rien n’est plus symbolique dans l’art de vivre en famille, dans la Médina de Constantine, que «kahwat el’acer», le café servi en milieu d’après-midi dans les foyers de l’antique Cirta.

Ce rituel citadin séculaire du café servi avec tout un assortiment de gâteaux maison sur une «s’nioua» (plateau de cuivre ciselé), autour de laquelle se rassemblent les familles constantinoises après la prière d’El ’Acer, est toujours ancré dans la cité du Rocher malgré l’évolution des moeurs et le changement de certaines habitudes de vie. Répondant à un rituel précis, en plus de la s’nioua, toute une panoplie d’objets expose une partie essentielle de l’artisanat traditionnel et du savoir-faire constantinois. Du plateau de cuivre ouvragé par de grands dinandiers de la ville à l’aspersoir en cuivre pour parfumer le café avec de l’eau de fleurs d’oranger, le plus souvent distillée à domicile, en passant par les serviettes immaculées brodées ou décorées au crochet, les tasses en céramique, le sucrier en cuivre et, enfin, les coupes de confitures et l’assiette de pâtisserie constantinoises qui permettent à chaque ménagère de faire valoir ses talents, chacun de ces éléments contribue à faire de cet instant privilégié un grand moment de convivialité cher à tous les Constantinois.

Avec le concours des participantes, toutes originaires de Constantine, le Festival invitera donc à découvrir le rituel constantinois de «kahwat El’Acer», rythmé pour l’occasion par la voix mélodieuse de la chanteuse Dounia El Djazaïria.



DOUNIA EL DJAZAÏRIA

Reconnue pour sa voix chaleureuse et mélodieuse Dounya El Djazaïria fut découverte à travers les grandes oeuvres poétiques de Mahmoud Derwiche (Palestine), Khalil Matran Khalil (Liban), Abdallah El Baradouni (Yémen), Khadar Baddour (Syrie), Abdessalam Amin (Egypte), Ahmed Teymour, Ahmed Fouad Nigm (Egypte), Azzedine Mihoubi (Algérie) et Moufdi Zakaria, auteur de Ilyadat El Djazaïr. Réputée pour sa maîtrise de la langue arabe et berbère, Dounya El Djazaïria s’est produite sur les plus grandes scènes nationales et arabes. Renommée notamment dans le chant traditionnel algérien, elle brille aussi bien dans le chant malouf constantinois, la chanson chaouie, le chant bédouin sahraoui que le tindi pentatonique, du fin fond du grand Sud algérien. Mais c’est dans le chant malouf constantinois, qu’elle chérit particulièrement, que Dounya El Djazaïria, celle que El hadj Tahar Fergani a qualifiée de princesse du malouf, nous charmera à cette occasion.








Copyright © 2010 - 2015 Festival National de la Création Féminine Algérie
Tous droits Réservés 
Conception, Réalisation & Référencement
bsa Développement